7.

Aux soldats morts pour la patrie

L’armistice signé le 11 novembre 1918 met fin aux opérations militaires.

Les chiffres permettent de mesurer l’immensité du désastre humain engendré par ce premier conflit mondial. Plus de huit millions d’hommes ont été mobilisés entre 1914 et 1918 : parmi eux, un million et demi sont morts et trois millions reviennent dans leurs foyers blessés, mutilés ou atteints de graves troubles psychologiques. Les monuments érigés dans les années qui suivent, témoignent de la volonté générale de rendre hommage à ceux qui ont donné leur vie pour la liberté de la France. Pour beaucoup, le monument aux morts remplace la tombe que l’on ne peut pas visiter car trop éloignée ou parce qu’elle n’existe pas.

Proclamation de l'armistice et cessation des hostilités

L’armistice entre en vigueur le 11 novembre à 11 heures du matin. La nouvelle est accueillie avec soulagement mais avec tristesse. Dans l’agglomération d’Elbeuf, on compte 1247 soldats morts ou disparus soit 12% des électeurs hommes de plus de 21 ans en 1914.

Rentrée des Troupes

Une fois l’armistice signé, les familles doivent attendre la démobilisation et le retour des soldats et des prisonniers. En fonction de l’ancienneté, le retour de ces 5 millions de soldats va se dérouler progressivement, de novembre 1918 à mars 1921.

La Cocarde du Souvenir

Sur les différents fronts, les pertes humaines sont considérables. Les tombes sont signalées par de simples croix de bois dans des cimetières provisoires à proximité des zones de combat ou dans les cimetières communaux où sont aménagés des carrés militaires. L’œuvre de la Cocarde du souvenir est créée en 1916 afin que soient conservées les indications figurant à l’endroit de l’inhumation des soldats décédés.

Formation d'un comité aux Morts pour la Patrie à Caudebec-lès-Elbeuf

Dans un grand nombre de communes, un comité est constitué à l’initiative de l’administration municipale et des anciens combattants pour la construction d’un monument en hommage aux combattants. Son rôle est de rassembler et de gérer les fonds, de trouver un emplacement, de choisir le style, de suivre la construction et d’organiser les cérémonies. Edifié place de l’hôtel de ville, le monument aux morts de la commune de Caudebec est inauguré le 3 décembre 1922.

Elbeuf – Annonce d’Armand Périer, président du comité pour l’érection du monument aux Morts de la Grande Guerre

Le comité pour la construction du monument aux Morts de la ville d’Elbeuf est présidé par Armand Périer, maire de 1912 à 1919, lui-même mobilisé dès 1914. Construit face à l’hôtel de ville, il est inauguré le 12 novembre 1922.

Elbeuf – Cérémonie d’inauguration du monument aux morts de la Grande Guerre

Dans presque la totalité des villes et des villages de France, l’inauguration du monument aux morts est un moment fort qui donne lieu à des cérémonies imposantes où sont réunis autour de la population, les autorités civiles, religieuses et militaires ainsi que les anciens combattants.

Les thématiques